Search

Parlons boutons avec dermato drey

Updated: May 19


Aujourd'hui nous avons le plaisir de recevoir la dermatologue “Dermato Drey”. Nous avons abordé avec elle les nombreuses questions que vous nous avez posées depuis les débuts de Skin & Out. Au programme : les différents boutons et comment les traiter, peut-on percer un bouton et comment, les liens entre acné et soleil, mais aussi un sujet particulièrement intéressant pendant cette période de confinement : pourquoi avons-nous été si nombreux à constater une poussée d'acné ces 2 derniers mois ? Vous verrez ses réponses sont passionnantes, on a appris plein de choses et on en ressort avec beaucoup de nouveaux tips beauté !












Dermato Drey est dermatologue depuis 10 ans, tu peux la suivre sur Instagram @dermato_drey ou sur sa chaîne YouTube : Dermato Drey.




Est-ce que vous pouvez commencer par vous présenter ?

Je suis médecin dermatologue depuis presque 10 ans maintenant. Je fais des consultations, des actes médicaux pour les patients, et depuis quelques mois je réalise également des vidéos d'information médicales qui sont disponibles gratuitement en ligne pour le public et les patients, sur YouTube. Ma chaîne s'appelle Dermato Drey

Est-ce que vous pouvez nous expliquer comment se forme un bouton d'acné ?

Il y a plusieurs étapes parce qu'il y a plusieurs types de boutons d'acné.

Les premières sont les lésions rétentionnelles : ce sont les points noirs et microkystes. Pour expliquer comment ils sont constitués, il faut déjà connaître la structure normale de la peau.

Au niveau de chaque pore de la peau, le petit orifice qu'on peut apercevoir à l’œil nu, se trouve ce qu'on appelle une follicule pilo sébacé. Ce petit trou qu'on voit au niveau de l'épiderme correspond à un tuyau au fond duquel se trouve la racine d'un poil de duvet ainsi qu’une glande sébacée, qui fabrique le sébum (la graisse protectrice de la peau). 

Quand la glande sébacée est stimulée elle va fabriquer plus de sébum, parfois tellement que ça remplit le tuyau du follicule. On voit alors un pore qui est rempli de sébum : c’est un point noir. Ce qui semble foncé sur le dessus ce n’est pas de la saleté, c’est un mélange d’un peu de kératine et de peau morte. 

Ce qui peut se passer aussi, quand l'épiderme est stimulé, il produit plus d’épaisseur et plus de peaux mortes, résultat : la glande sébacée se bouche, elle est bloquée, fermée mais elle est pleine et ça c'est un microkyste. Ça fait une poche de graisse qui est enfermée sous l'épiderme.

Et du coup c’est ça qui donne un bouton blanc ?

Ça peut faire un point blanc visible mais pas un point blanc au sens d'un bouton infecté, juste un petit point blanc isolé, sans rougeur autour - ou alors il est invisible à l’œil nu, on peut le sentir avec le doigt ça fait un peu rugueux.

Ce qu'il peut se passer ensuite, la 3e étape, c'est que les microbes présents sur la peau peuvent en profiter pour aller infecter les glandes sébacées, quand elles sont pleines et surtout quand elles sont bouchées, ça donne des petits abcès sous forme de boutons soit gonflés et rouges, soit avec du pus dedans. C’est ce qui fait les pustules ou les boutons blancs.

C’est lors de cette 3ème phase qu’on parle de la fameuse bactérie P acnes ?

Oui c'est ça -  on l’appelait avant P Acnes pour Propionibacterium acnes– elle a changé de nom depuis, elle s’appelle maintenant Cutibacterium acnes donc C Acnes – ça reste la même bactérie. Elle est présente sur la peau de presque tout le monde mais elle arrive à se multiplier et à proliférer pour venir infecter les glandes chez les gens qui ont de l’acné.

C’est cette bactérie qui va générer de l’acné inflammatoire. Les boutons inflammatoires, qu’ils soient rouges ou blancs sont les plus douloureux, surtout quand ils sont profonds.

Est-ce que vous pouvez nous dire du coup, quels types d'actifs favoriser pour chaque type de boutons ?

Pour les lésions rétentionnelles donc les points noirs et microkystes, on doit privilégier les produits qui diminuent la sécrétion de sébum et qui permettent de désépaissir l'épiderme par une sorte de peeling très léger. Ce sont les acides de fruits comme l’acide glycolique, tous les produits un petit peu acides du type AHA, BHA, LHA ou la gluconolactone,ou encore la vitamine A comme le rétinol. Le but c'est toujours de désépaissir l'épiderme pour qu’il n’enferme pas les points noirs et les microkystes.

Et pour les lésions inflammatoires dont on parlait tout à l'heure, le bouton rouge ou le bouton blanc, il faut des actifs qui limitent la prolifération bactérienne, et des produits qui essayent de diminuer la réaction inflammatoire, c’est-à-dire la réaction de notre corps contre cette bactérie, pour qu’il y ait ainsi moins de de rougeur et d'inflammation. 

Et puis quand on a des lésions inflammatoires, en général il y a toujours des lésions rétentionnelles associées, donc il faut toujours les traiter en même temps parce que les lésions rétentionnelles sont un peu les bombes à retardement de l’acné. Ce sont elles qui sont capables de s’infecter et de donner de l’acné inflammatoire.

Donc il n’y a pas d'acné inflammatoire sans acné rétentionnelle ? 

La plupart des acnés sont mixtes. C'est très rare d'avoir de l’acné inflammatoire pure.

Est-ce que vous pouvez nous donner vos règles d'or d'une routine de soin adaptée à une peau acnéique ?

C’est difficile de donner des routines très générales, alors qu'il y a des différences individuelles entre chaque personne. Ce qu'on peut conseiller qui va pour tout le monde c'est de nettoyer le visage le soir au cours de la douche avec un produit moussant, adapté à votre type de peau. Bien rincer, bien sécher le visage et appliquer ensuite un soin traitant contre l’acné. Éventuellement s'il s'agit d'un médicament un peu irritant on peut mettre d'abord une crème hydratante qui est prévue pour les peaux acnéiques, et puis ensuite le médicament. Il vaut mieux faire dans cet ordre là que l'inverse parce que si on applique la crème hydratante par-dessus un médicament irritant, on peut augmenter son pouvoir irritant. Il vaut mieux mettre d'abord la crème hydratante et ensuite le soin médicament.

Pour le matin, on peut nettoyer son visage soit avec le même gel moussant que le soir, soit avec une lotion et appliquer ensuite une crème de jour adaptée à ses besoins, hydratante ou matifiante, teintée ou non, mais si possible avec une protection solaire SPF15 et plus.

Est-ce que vous recommandez de faire des gommages si on a de l’acné ?

Il existe plusieurs types de gommages, il y en a qui sont avec des petits grains à l'intérieur et il y en a qui sont juste avec des produits chimiques acides. Ça va dépendre du type d'acné et des médicaments qui ont déjà été mis en place. Éventuellement si on a une acné rétentionnelle et qu'on a pas déjà des médicaments pour la soigner, pourquoi pas faire un gommage une fois par semaine. Ça peut aider éventuellement à libérer des points noirs et des microkystes sans irriter la peau. Mais si on a déjà un médicament dont le but est de faire un peeling léger, il ne faut surtout pas faire de gommage en plus parce que là on aura un effet irritant trop important. Si on a une acné qui est vraiment en grande majorité inflammatoire, ce n’est pas intéressant d'aller faire des gommages parce que ça va plus irriter et enflammer la peau qu’autre chose.

Même tout ce qui est gommage enzymatique (sans grains) ?

C’est pareil, quand on a de l'acné inflammatoire il vaut mieux éviter de faire des gommages.

Maintenant la question que toute personne ayant déjà eu de l'acné s'est posée, mais que personne n'ose vraiment aborder : est-ce qu’on peut percer ses boutons et si oui comment bien le faire ?

Les seuls boutons qu'on peut percer soi-même ce sont les boutons blancs avec un contenu visible. On peut désinfecter une aiguille et percer là où c'est blanc puis presser très doucement sur les deux côtés du bouton avec des cotons ou des mouchoirs, pas avec les ongles directement et il ne faut pas appuyer trop fort. Surtout il ne faut pas se faire mal. Il faut ensuite désinfecter une fois le contenu sorti. Ce qu'il ne faut surtout pas faire c'est appuyer où gratter sur les tout petits boutons que la peau aurait pu gérer toute seule en prenant son temps, ou en mettant les traitements adaptés, parce que dans ce cas-là on prend le risque d'aggraver le bouton et de faire des cicatrices. Quand on appuie sur un bouton qui n'est pas mûr ou qui ne devrait pas être percé on aggrave l’inflammation parce qu'on la pousse plus en profondeur. 

Donc du coup quand on a un bouton blanc, on peut le percer ?

Oui, si on voit une pustule, une petite poche de liquide blanc à l'intérieur, on peut avec une aiguille percer ou soulever la petite pellicule de peau qui se trouve au-dessus du pus, et appuyer doucement pour faire sortir le pus plus facilement.

En institut ou chez la dermatologue on peut faire un nettoyage de peau un peu plus profond, qui nécessitent des outils pour retirer les points noirs et microkystes. Dans ce cas-là on fait des incisions. C'est quelque chose qui n’est pas faisable soi-même.

Parlons du « bacne » en anglais = l'acné du dos et du corps . Est-ce que vous pouvez nous expliquer pourquoi certaines personnes ont de l'acné sur le corps ? Est-ce une acné qui se soigne comme l'acné du visage ?

Alors il n'y a pas vraiment de facteurs favorisants spécifiques pour l'acné sur le dos ou sur le corps. Ça dépend de chacun, elle peut survenir sur le visage, le décolleté ou le dos - ce sont les zones où la sécrétion de sébum est plus importante. Ça va dépendre des personnes, de leur terrain, de leur mode de vie mais la structure des boutons d'acné est la même, que ce soit sur le visage ou sur le dos. Donc ça se soigne de la même façon, en prenant juste en compte le fait que l'épiderme est naturellement plus épais sur le corps donc on peut utiliser des produits qui vont être un peu plus décapants.

Est-ce que vous pouvez nous expliquer pourquoi on a des cicatrices après l'acné et ce qui est possible de faire pour favoriser la disparition de celles-ci ?

Avoir des cicatrices signifie que la peau s'est réparée après une agression, et qu'elle n'a pas recréé exactement la même structure que la peau d'origine. Donc l'aspect n'est plus tout à fait le même. Les formes de cicatrices sont très variées. Le point de départ ça va toujours être un traumatisme que ce soit un bouton, un grattage ou une chirurgie…le type de traumatisme lui, sera différent selon les boutons. Si on prend l'exemple d'un très gros point noir qui est resté pendant longtemps au niveau d'un pore : après avoir été évacué, le pore peut rester dilaté. On voit alors un petit orifice qui reste pour toujours comme un petit trou. 


Par contre dans le cadre d'un bouton inflammatoire rouge, surtout s'il était gros, quand il va dégonfler il peut laisser un creux à la place mais ça sera pas un trou comme dans le cas du gros point noir.  Autre situation, après un grattage appuyé d'une lésion, si on arrache la croûte plusieurs fois, la peau essaie de se refermer au plus vite et elle va souvent renfermer la glande qui est située en dessous, parce que l'urgence pour la peau c’est d'éviter que des microbes puissent rentrer. Quand c’est à vif elle n'aime pas ça du tout. 

Elle va vite essayer de se refermer sans prendre le temps de gérer la glande qui était infectée en dessous. Donc si on ré-arrache cette croûte plusieurs fois on gêne la cicatrisation naturelle de la peau et on l'oblige à former d'abord de l'épiderme, avant de traiter réellement le bouton. 

Donc les cicatrices d'acné peuvent être très variées :  ça peut être des pores qui restent dilatés, des cicatrices en creux mais également des cicatrices dyschromiques, c’est à dire des taches rouges, marrons, ou blanches.

Mais en tous cas, pour favoriser l'atténuation des marques qui suivent les boutons, il faut bien hydrater sa peau, pourquoi pas avec une crème hydratante/cicatrisante et surtout bien se protéger du soleil parce que les dyschromies sont favorisées par le soleil. Sur des boutons qui ont été inflammatoires, ça va laisser une petite tache marron quand il y a eu une exposition au soleil. 

Pour éviter les cicatrices il faut d’abord traiter l’acné. Ça ne sert à rien d'envisager un traitement plus poussé, comme par exemple le laser, si l’acné est toujours active.

Est-ce que vous pensez à des actifs spécifiques qui peuvent favoriser ou accélérer la disparition des taches pigmentaires liées à l’acné ?

Les taches pigmentaires suite à l'acné sont de l'hyperpigmentation post inflammatoire. C'est très dur à faire partir, parce que ça signifie qu'il y a eu des lésions inflammatoires qui ont été exposées au soleil. Souvent ça apparaît sur des phototypes assez foncés, c'est-à-dire des personnes qui ont la peau mate naturellement - des gens pour qui les mélanocytes sont des cellules très réactives qui vont tout de suite former un pigment une fois exposées. 

Une fois que le pigment est installé sur une hyperpigmentation post-inflammatoire, on a pas vraiment de moyen de l'enlever. La prévention de l'hyperpigmentation post inflammatoire est plus importante que le traitement.  On a très peu d’actifs pour les traiter, quelques dépigmentants, mais les lasers ne fonctionnent pas bien dessus, donc c'est vraiment la prévention qui va permettre d'éviter 90% de cette hyperpigmentation.

Et tout ce qui est peeling chimique ?

Ça peut permettre qu’il y ait moins de de pigments visibles. Vous imaginez si il y a des pigment présents sur toute la hauteur de l'épiderme, alors si vous diminuez l’épaisseur de l'épiderme de moitié, c’est comme si il y avait moitié moins de pigments. Ça va dépendre d’où se trouve le pigment dans la peau. S'il est seulement au niveau de l'épiderme, un peeling pourra l’atténuer, au moins temporairement. Si par contre il y a eu des boutons assez profonds avec du pigment qui est situé dans le derme, le peeling ne changera rien du tout. Il n’agit que sur l’épiderme. 

Nous sommes nombreux à avoir observé une augmentation de notre acné pendant ce confinement – cela malgré un mode de vie plus sain, et une peau sans maquillage. À quoi est-ce lié ?

Même si les gens ont un mode de vie qui est généralement sain, il y a quand même eu en moyenne une prise de poids pendant le confinement de 2 kg sur les 2 mois. 

Quand on y pense c'est assez normal, on est chez soi, il y a des aliments qui sont tentants, notamment des sucres rapides. On est plus tentés d’aller grignoter. Cette prise de poids s'associe forcément à une modification du régime alimentaire. Or, on sait que les sucres rapides ça favorise beaucoup l’acné, même si traditionnellement on pense plutôt au chocolat et aux aliments gras…Selon les études scientifiques ce serait plutôt les aliments qui ont un index glycémique élevé, c’est-à-dire les aliments qui font monter la glycémie (le taux de sucre dans le sang) plus rapidement. Les sucres rapides sont connus pour favoriser l'acné et toutes les pathologies inflammatoires en général.

Et puis quand on est chez soi, on est beaucoup plus enclin à aller tripoter ses boutons devant le miroir parce que justement la peau n’est pas maquillée, donc on n'a pas besoin de faire attention à ne pas abîmer son maquillage. On ne croise pas de collègue de travail donc n’y a pas besoin de garder un visage parfaitement présentable. On va avoir tendance à plus toucher nos boutons, les gratter etc… 

De plus, il y a beaucoup de gens qui quand ils sont en télétravail, ont vraiment la manie de se toucher le visage en permanence - quand on est devant l'ordinateur par exemple.

Un autre facteur favorisant potentiel est la consommation de tabac, parce qu'elle n'a pas du tout diminué pendant ce confinement, voire a plutôt augmenté et c'est un bon facteur favorisant d’acné.

Est-ce que vous pensez que le fait d'être enfermé sans air frais peut favoriser l’acné ?

Non, l’air ne change rien parce que si l'air n’était pas renouvelé du tout, les gens mourraient d'étouffement bien avant d'avoir des boutons..

On est en mai et il y a l'arrivée des beaux jours qui approchent, est-ce que vous pouvez nous expliquer pourquoi est-ce qu’on dit que le soleil favorise l'acné ?

Le soleil, que ce soit par la chaleur ou par les UV, fait augmenter la sécrétion de sébum et épaissit l'épiderme. Pourquoi ? Parce que l’épiderme, la couche cornée, c'est un des facteurs de protection de la peau contre les UV. Quand la peau reçoit du soleil, elle essaie de se défendre en épaississant l'épiderme, en adaptant sa structure. Or on a vu tout à l'heure que la sécrétion de sébum et l’épaississement de l’épiderme, forment la recette idéale de l’acné. En plus comme on le disait aussi tout à l'heure, le soleil fait pigmenter les lésions et laisse des taches brunes qui sont souvent définitives. Donc il y a beaucoup de de gens qui se disent en été, mon acné va moins se voir avec le bronzage… Le problème c'est que ça encourage un rebond à l'automne qui est souvent difficile à gérer.

Est-ce que ça les assèche aussi parce que non seulement on les voit moins, mais généralement on a aussi l'impression d'en avoir moins ?

Non en fait c’est que l'épiderme est épaissi, donc le bouton est bien là mais au lieu de sortir, il continue à grossir plus profondément. Avec le temps, l’épiderme désépaissit et ils finissent par sortir mais en plus gros.

Pourquoi est-ce que la peau produit plus de sébum avec le soleil ?

Avec la chaleur le sébum est plus fluide donc il sort plus facilement des glandes, il se répartit sur toute la surface de la peau donc la peau est plus grasse et brillante. Le sébum ça fait partie aussi de la protection de la peau, donc pour se protéger elle en fabrique plus.

Du coup quels sont les bons gestes à adopter ?

Se protéger du soleil un maximum : 

Le matin une crème avec un indice SPF au moins supérieur à 15 et puis toujours bien nettoyer sa peau le soir pour enlever les résidus de crème solaire, maquillage, sébum etc…

Je conseille aussi les soins quotidiens qui contiennent de des acides de fruits par exemple, ou de la vitamine A – qui vont aider à affinerl’épiderme.

Est-ce que selon vous le maquillage peut être mauvais pour une peau acnéique ?

Non, pas spécialement, du moment qu'il est non comédogène  - ça veut dire qu’il ne favorise pas les points noirs.

Il faut surtout bien se démaquiller parfaitement chaque soir pour ne pas laisser de résidus s'accumuler. 

Le maquillage peut en plus avoir un indice SPF, pour bien se protéger du soleil.

Est-ce que selon vous l'acné adulte peut disparaître où est-ce que c'est quelque chose qu'on a à vie ?

Oui l’acné s'améliore avec le temps souvent dans des périodes de stabilisation hormonale, c'est-à-dire soit à la fin de l'adolescence, ou par exemple après une grossesse ou au plus tard à la ménopause… mais petit à petit l’acné est de moins en moins présente. C'est quand on a l'impression que ça s'aggrave qu’il faut en parler avec son médecin.



All rights reserved. © 2020 skin & out

  • SoundCloud
  • Instagram