Search

PARLONS BOUTONS AVEC MÉLANIE, FONDATRICE DES JUS PAF !

Aujourd’hui on a la chance de recevoir Mélanie, la fondatrice des jus PAF sur notre podcast Parlons Boutons !

Mélanie a fondé les jus PAF il y a environ quatre ans. PAF ce sont des jus de fruits et légumes pressés à froid. Ce projet est parti de son propre vécu : suite à des années de fatigue chronique et un système immunitaire qui ne fonctionnait plus, Mélanie a décidé de prendre les choses en main. Elle a creusé de nombreuses pistes en France et aux États-Unis. Aujourd’hui elle nous parle de ses recherches et de sa découverte de la naturopathie pour se soigner en profondeur mais aussi pour apaiser son acné.








Peux-tu commencer par te présenter ?

Je suis la fondatrice de PAF, j’ai monté cette boite il y a environ quatre ans. On est maintenant une équipe de huit personnes. PAF ce sont des jus détox pressés à froid. On propose aux gens de consommer des jus de légumes pour leur apporter de nombreux nutriments quotidiennement ou bien sous forme de cures qui permettent une détoxification plus profonde – de trois jours ou plus. C’est un outil très puissant utilisé en naturopathie depuis très longtemps.

Qu’est-ce qui t’a amené à monter PAF ?

Je me suis beaucoup intéressée à la naturopathie quand j’ai eu un problème de santé : fatigue chronique avec un système immunitaire qui ne marchait pas – le sentiment de ne plus être le maître à bord du navire. Je suis allée voir des médecins qui m’ont dit « vous n’avez pas de maladie » mais l’absence de maladie n’est pas la santé. Je n’étais pas en forme, il fallait faire quelque chose. Je me suis tournée vers la naturopathie, et j’ai adoré cette approche holistique, ou l’ont voit la santé autrement : faire du sport, bien vieillir, bien récupérer après le sport…Quand j’ai commencé à consulter ma naturopathe, elle m’a conseillé les jus à l’extracteur et quand j’ai commencé à aller vraiment mieux c’est vrai que ma motivation pour sortir l’extracteur et me taper deux heures de pressage de jus a commencé à s’éteindre…c’est à ce moment là où je suis partie à Los Angeles pour découvrir le « healthy living » et faire un cours de cuisine crue. Je suis allée à Whole Foods (un supermarché axé santé aux US) et pour avoir un jus vert il suffisait de tendre la main. Là je me suis mise à vraiment boire un jus tous les jours, ça faisait partie de mon quotidien. Dans la vraie vie c’est compliqué de faire ses jus maison, et la meilleure choses après ça c’est les jus préservés par HPP, une technologie qui permet de garder les nutriments pendant trois semaines. De cette façon ça devient plus facile de l’intégrer dans son quotidien – et ça ça été un vrai déclic pour moi.

Tu m’as dit que tu avais eu de l’acné adulte – peux-tu nous raconter ton parcours avec l’acné adulte ? Est-ce que les cures de jus t’ont aidé à surmonter ton acné ?

J’ai eu la chance de ne pas avoir une acné énorme, mais suffisamment présente pour ne pas avoir confiance en moi, pour avoir du mal à me montrer en publique sans maquillage. C’était pas énorme mais c’était tout le temps et je ne savais pas quoi faire. J’ai eu une première vague d’acné quand j’ai commencé à me détoxifier par le biais de la naturopathie. C’était vraiment des boutons de détoxification sur le bas du visage.

Et tu avais pas de boutons avant ça ?

Si j’en avais un peu tout le temps, mais là c’était vraiment des boutons de détoxification – c’était un moyen pour mon corps de drainer les toxines. Il faut que ça sorte. Ce qui peut aider ce sont les détox de jus effectivement ou de l’hydrothérapie du colon – cela permet d’évacuer les toxines sans que ça passe exclusivement par la peau. Ça ça a vraiment aidé.

Après je vais vous décevoir mais non, les cures de jus ne m’ont pas aidé à complètement éliminer l’acné. Ça m’a aidé à bien la réduire mais pas à l’éliminer complètement.

La raison pour ça c’est que j’avais de la perméabilité intestinale.

Notre intestin est fait de petites cellules qui sont collées les unes au autres – et quand vous mangez des choses auxquelles vous êtes allergiques ou intolérantes, ou qui sont inflammatoires du type gluten, sucres raffinés, roduits laitiers etc… alors l’inflammation les fonts gonfler et ça laisse les toxines passer dans le sang – mais ces toxines il faut qu’elles sortent et malheureusement elles peuvent sortir par la peau et donc créer de l’acné.

En naturopathie on ne voit pas la maladie comme un problème, on la voit comme une réaction saine à quelque chose qui ne va pas. À l’époque je mangeais hyper sainement mais je continuais à consommer du gluten – et j’avais quand même une peau qui n’était pas aussi bien que ce que je voulais. Après avoir fait es énormes détox du foie, des cures etc… je me suis dit ça doit être chose. C’est alors que j’ai décidé d’explorer une autre voie : celle de la perméabilité intestinale.

J’ai fait une cure de L-Glutamine qui est une acide aminé qui répare la membrane intestinale, j’ai aussi fais une cure de probiotiques et j’ai été hyper stricte avec une diète sans gluten et sans lactose pendant au moins trois, quatre mois. Je suis encore stricte sur le gluten et le lactose même si de façon moins exclusive que lors de ces cures. Aujourd’hui je me refais encore des cures de L-Glutamine et probiotiques de temps en temps.

Une fois qu’on a trouvé la cause, il faut y aller à fond. Tant qu’on ne connait pas la cause, on a pas le courage de passer par toutes ces privations – on ne sait pas si le résultat va être présent. J’ai eu un déclic : « si je teste pas je ne saurai jamais ». J’ai essayé la détox du foie, ça a aidé mais ça ne l’a pas éradiquée. J’ai testé la piste perméabilité intestinale et là ça a vraiment changé ma vie.

C’est à partir du moment où j’ai accepté de me dire que ça m’embêtait vraiment, que j’ai accepté toutes ces privations – parce que oui c’est pas facile d’arrêter le gluten. Reconnaître que ça nous embête vraiment et que ça affecte notre bien être, ça nous donne la force d’essayer des protocoles, et une fois que ça marche c’est beaucoup plus facile à continuer. Le plus dur c’est la phase ou ça coute très cher en terme d’effort mais que tu ne sais pas encore si ça va marcher.

Donc c’est vraiment en testant les différentes pistes potentiellement déclencheuses d’acné que tu as découvert ton/tes facteur(s) déclencheur(s) ?

Exactement – Il n’y a rien de plus clair que la façon dont ton corps réagit. Partant d’une alimentation déjà saine, je suis devenue encore plus stricte sur l’alimentation – bio, pas de sucre raffiné, plus de gluten, plus de produits laitiers… sans non plus prendre de substituts qui ne sont pas forcements bon – il faut prendre des aliments bruts : céréales complètes etc…





…et il n’y a jamais des moments ou tu craques ?! Un gros bol de pâtes… ?

Jamais un gros bol de pâtes, c’est une trop grosse source de gluten.

Certains naturopathes te diront qu’on a tous une réaction immunitaire quand on mange de gluten aujourd’hui- ce n’est plus le même blé qu’il y a il y a quelques siècles – aujourd’hui le corps n’a pas le « software » pour bien digérer le blé moderne. La super référence sur ce sujet c’est le livre « Comment le blé moderne nous intoxique » de Julien Venesson.

Donc les pâtes, même complète je prends pas…je préfère le millet, le teff etc… ce sont des graines pleines de nutriments, aux vertus extraordinaires.

Le plus important c’est la phase de test – faire une phase de deux-trois mois ou je teste à fond, sans écarts. Parce que sinon tu n’as jamais l’information. L’idéal c’est d’être accompagné par un(e) naturopathe en fonction de la sévérité de l’acné – mais cette phase va vraiment permettre de confirmer ton/tes facteurs déclencheurs.

On se dit souvent, « olala trop chiant ma copine peut manger des hamburgers et a toujours une peau de bébé » et nous on a doit toujours avoir une alimentation surveillée. Mais il faut se dire que ce que vous faites pour votre peau, vous le faites pour votre corps. Du coup ça veut dire que toute la vitalité, la santé, elle est là aussi. Cette alimentation certes, un peu stricte, va vous apporter beaucoup d’autres choses : c’est peut-être grâce à cela que vous allez avoir des rides plus tard, éviter des maladies etc… Si vous n’aviez jamais eu des boutons, vous auriez peut-être mangé n’importe quoi toute votre vie et ça aurait pu avoir des conséquences plus graves sur le long terme…

Changer sa vision et se dire « je fais ça pour moi » et chouette je vais avoir plus d’énergie…merci à l’acné parce qu’elle me donne la force de prendre soin de mon corps en général.

Oui finalement c’est arrêter de voir le bouton comme l’éternel ennemie : traiter son acné peut nous amener vers une meilleure hygiène de vie et bien être général ! Ce changement de vision est fort !

Exactement, tu n’es plus dans la résistance. La transition alimentaire ça prend du temps, moi ça fait quatre ans – mais aujourd’hui mon palais s’est adapté à ça. Me faire plaisir aujourd’hui c’est un paquet de noix enrobées de cacao cru et je me fais très plaisir comme ça ! Tu prends des bonnes habitudes et après tu y vas les yeux fermés.

Ton corps en demande plus : quand tu commences à le nourrir de bonnes choses, il s’habitue !

Oui ! exactement – l’autre jour j’ai goûté un cookie de Cédric Grolet – tout le monde ne parlait que de ça en disant que c’était trop bon mais moi je n’ai senti que le sucre – il n’y avait pas de saveurs de chocolat, de fruits, c’était que du sucre et ça me brulait la langue !

Je n’ai sincèrement pas aimé. Avec la transition alimentaire, on prend de nouvelles habitudes…

C’est souvent l’écho qu’on a de personnes revenant de période de jeûnes – cette sensation de remanger des aliments à base de sucres raffinés et de se rendre compte d’un coût du côté surpuissant du sucre raffiné !

Exactement, alors que le brocoli, les cerises…tu n’en manges pas pendant un an, quand tu en re-manges tout va bien. C’est là où on se rend compte où sont les bons aliments et les mauvais aliments. Le gluten si tu n’en manges pas pendant trois mois et qu’ensuite tu te fais un gros sandwich tu vas avoir très mal au ventre…ce qui n’arriverait jamais avec un fruit ou un légume !

Et Mélanie, qui t’a accompagnée pendant cette phase de transition ? où es-tu allé chercher tous ces conseils ?

Je suis allée chercher à droite à gauche, je suis allée voir plusieurs thérapeutes. Quand on décide qu’on a envie de faire ça pour nous, on prend le risque d’aller voir des thérapeutes qui ne nous conviennent pas forcément…on prend le risque d’essayer des trucs pour rien – par exemple j’avais fait la cure du foie du Docteur Clark en pensant que ça allait aider mon acné mais c’était vraiment difficile. Il faut accepter de se lancer, se dire j’essaie tout jusqu’à ce que je trouve la solution qui me corresponde !

Je suis allée voir à droite à gauche – j’avais entendu parler de la perméabilité intestinale et il y a un moment j’ai pris la décision de tester cette hypothèse et c’était la bonne !

Et est-ce qu’il y a des livres qui t’ont aidé à trouver cette piste là ?

Il y un livre que j’aime beaucoup – le livre du docteur Seignalet, un des premiers médecins à étudier l’alimentation hypotoxique. Il a réussi à avoir des résultats positifs sur quelque chose comme 90% de maladies chroniques… En réduisant le gluten, produits laitiers, sucres raffinés et en éliminant tout ce qui est carbonisé – il a réussi à soigner beaucoup de gens !

Je n’ai pas lu son livre car il est très dense, mais il y a un super livre de quelqu’un qui l’a résumé, le livre de Jean-Marie Magnien.

J’ai aussi lu le livre de David Wolfe sur les superfoods,c’était passionnant !

Il y aussi la bloggeuse Kris Carr qui en parle de façon hyper claire, super bien expliquée avec de belles recettes vegan, healthy, sans gluten.

Pour résumer, quelles sont tes trois tops recommandations IN ?

1. Respecter les associations alimentaires : ça change la vie. Pas mettre les glucides avec les protéines. Respecter cela aide à avoir une digestion facile et un bon transit. Ce qui sort du corps ne reste pas à l’intérieur. Si on digère mal, ça reste et ça putréfie. Si on mélange glucides et protéines, le corps va d’abord digérer les glucides et pendant ce temps les protéines vont putréfier, ce qui peut créer une dysbiose source d’acné. On a un super article sur le sujet sur le site de PAF (PAR ICI !) pas de panique il y a peu d’associations à savoir et une fois qu’on les connait c’est facile à appliquer !

2. Boire des jus : on a deux jus avec 95% de légumes – c’est une façon facile de contrer l’acidité qui se crée avec l’alimentation moderne (sucres raffinés, viandes etc…) ça permet de rééquilibrer l’équilibre acido-basique et ainsi d’éviter l’inflammation !

3. Ma routine miracle du matin : commencer par le « tongue scraping » (en français : grattage de langue). Pendant la nuit, le corps évacue de nombreuses toxines dont certaines qui viennent se poser sur la langue. C’est une pratique ayurvédique, ou l’on vient se gratter la langue avec un petit râteau pour retirer les toxines. Ensuite je me fais un bain de bouche à l’eau de coco. Il y a beaucoup de bactéries liposolubles dans la bouche – l’eau de coco va permettre de vraiment les éliminer – c’est ce qu’on appelle le « oil pulling » - ça a été démontré que ça a des bienfaits sur l’acné car les bactéries éliminée ne vont pas de le corps. Enfin je finis avec un grand verre d’eau – le corps a fait le ménage pendant la nuit, il faut donc l’aider à drainer tout ça !

Les cures de charbons et d’argiles peuvent aussi faire beaucoup de bien quand on a de l’acné – mais l’idéal est de consulter un professionnel de la santé avant de se lancer là-dessus !

Pour résumer, ça vaut vraiment le coup d’y aller ! Il y a un moment ces habitudes deviennent faciles !




All rights reserved. © 2020 skin & out

  • SoundCloud
  • Instagram